À la découverte de la Dartmouth

     La ville de Gaspé en plus d'être assise sur un site des plus pittoresques, peut sen orgueillir d'être traversée par la rivière York et d'être ceinturée par deux (?) autres rivières, la Saint-Jean et la Darmouth. Ces deux (2) dernières, quoique plus petites que la York, ont des montaisons de saumons intéressantes et leurs eaux limpides et cristallines attirent de plus d'assez gros géniteurs. (Rivières de Gaspé)

     La réserve de pêche de la rivière Darmouth fut constituée le 13 août 1969: elle comprenait sept (7) fosses. Depuis 1976. l'autre partie de la rivière, qui était territoire sous bail, est maintenant accessible au public. La rivière est divisée présentement en trois (3) secteurs pour la pêche sportive du saumon.

ACCESSIBILITE

À la découverte de la Dartmouth
     La route d'accès pour se rendre à la rivière est la route 132, de Gaspé à Saint-Majorique; à Saint-Majorique, tournez à droite. Cette dernière longe la rivière et est asphaltée jusqu'à la fosse Fortin. De là, la route est gravelée mais carrossable et assez bien entretenue, jusqu'à la dernière fosse (« Post Brook ») permise pour la pêche.

SECTEUR 1

     La première section de la rivière comprend quatorze (14) fosses identifiées. De la fosse Bouchard (la première) à la Fortin (la huitième), sise à l'embouchure du ruisseau Petite-Fourche, il y a une distance de plus de deux (2) milles. Trois (3) de ces fosses sont accessibles en automobile , la Bouchard, la Narcisse et la Fortin; de cinq (5) à vingt (20) minutes de marche sont nécessaires pour se rendre aux autres fosses.

     La plupart des autres fosses connues sont accessibles en automobile. Les principales et les plus productives de ce secteur, parmi celles non énumérées sont les suivantes: Stoney Brook et Lemays. Je m'en voudrais de ne pas vous dire d'essayer la fosse dénommée « Pont à  Plourde », qui n'est pas identifiée, mais productive en début de saison.

SECTEUR II

     Ce tronçon de rivière comprend six (6) fosses identifiées: Lower Lady Step, Upper Lady Step, Rock, Tent, Ladder, Gorge. A cette dernière fosse, il y a une chûte qui retarde la montée de Salar. Il doit se reposer, refaire ses forces avant de continuer son périple. Il doit donc y prendre domicile, pour quelques semaines, en début de saison. Il n'est pas rare de dénombrer quelques cent (100) saumons à la « Gorge » et à la « Ladder ». « Une véritable colonie de vacances » s'exclamerait Jean-Paul Dubé*.

     Ces fosses sont, de plus, situées dans un décor féérique. Pour s'y rendre, il y a deux (2) voies d'accès. Vous pouvez vous rendre, en automobile, jusqu'à la « Upper Lady Step »: de là, en remontant la rivière, vous atteindrez la « Ladder ». La plupart des pêcheurs et visiteurs descendent directement à la « Gorge » ou à la « Ladder ». En effet, le Ministère a fait construire des escaliers qui mènent à ces fosses. De plus, près de la fosse « Ladder », il y a une table de pique-nique ainsi qu'un promontoire, qui vous permet de voir Salar revenir de la « Gorge » et y retourner. Pour susciter davantage votre appétit, soulignons que dans les deux (2) dernières semaines de juin 1977, il était rare de voir un pêcheur taquiner le saumon l'après-midi dans ce secteur; la raison étant fort simple: ils avaient « fait mouche » (si vous me permettez l'expression) durant l'avant-midi.

     Il y a toutefois une ombre au tableau. La qualité de la pèche étant meilleure, le nombre de perches est limitées à six (6) par jour. Réussir à obtenir le droit de pêche dans ce secteur est considéré comme un exploit, au cours des dernières semaines de juin et en début de juillet. Les réservations se font à Ouébec, quarante-huit (48) heures à l'avance.

SECTEUR III

     Lorsque le saumon réussit à sauter les chûtes, on le retrouve dans les fosses du secteur III, soit « Breeder », « Petit et Grand Salmon Hole », « Post Brook ». Il y a d'autres fosses non identifiées qui retiennent Salar durant quelques jours; je vous laisse le loisir de les   trouver. Signalons que la « Breeder » attirent beaucoup de visiteurs. Située en bordure de la route, cette fosse contient du saumon tout l'été. Ajoutons, de plus, qu'à cet endroit, il y a un chalet, où logent quelques agents de conservation.

NOMBRES DE PRISES

     Je ne peux pas vous dire exactement le nombre de saumons qui ont été capturés l'été dernier; il n'y a plus de poste de contrôle près de la fosse "Narcisse". Il fallait mettre à la poste une fiche qu'on nous donnait, lors de l'émission du droit de pêche. Quel est le pourcentage de personnes qui ont remis la carte!?!? Je n'ai pu avoir, du Service de la Recherche, à Québec, que des statistiques de 1974: cent soixante-seize (176) saumons enregistrés. Les saumons ne sont pas aussi gros que ceux de la York, la Matapédia, de la Moisie; le poids moyen varie entre huit (8) et douze (12) livres. Il s'est pris quelques saumons de plus de trente (30) livres. J'ai eu la chance d'en capturer un (1) de vingt-six (26) livres, l'été dernier.

MOUCHES NOYÉES

     La série des « Rat », surtout la « Rusty » et la « Silver », rencontre les goûts d'un grand nombre de pêcheurs; ces mouches sont les favorites des pêcheurs des rivières de la péninsule depuis plusieurs décades. Toutefois, j'ai berné le roi des poissons sportifs avec des « Butterfly », « Muddler », « Royal Coachman Bucktail » et « Cosseboom ». J'ai remarqué que les mouches noires fonctionnent très bien: les « Black Bear Red But », « Black Dose », « Night Hawk », « Shunk » sont de ce nombre. Cette dernière, a été vraiment meurtrière l'année dernière. Étant donné qu'elle est très peu connue, je vous permets de vous donner sa description.

TOILETTE DE LA SKUNK

mouche saumon; Skunk
Hameçon : Simple ou double
Fil : Noir, soie ou nylon
Ferret : Fil métallique oval lamé argent
Queue : Crête de faisan doré (facultatif)
Corps : Soie ou laine noire
Côtes : Fil métallique oval lamé argent
Ailes:  Poils blancs de moufette, sous poils noirs de moufette
Tête : Noire
Gorge : Hackle noir (facultatif)

MOUCHES SÈCHES

     J'ai rencontré très peu de sportifs qui présentaient des "sèches" aux saumons de la Dartmouth et, pourtant, cette pêche est très efficace, en juillet et au début août.
En fin de juillet dernier, il m'a été impossible de prendre du saumon si ce n'est à la mouche sèche. La série des  « Wulff » et des « Bombers »  leurrent très bien Salar; le numéro dix (10) est la grosseur d'un hameçon qui m'a été le plus profitable, ces deux (2) dernières années, en période d'étiage.

MODE DE RESERVATION ET COÛT

SECTEUR I ET III:
     Le nombre de perches étant illimité, il n'y a pas de réservation pour ces deux (2) secteurs. L'émission des droits d'accès à la pêche se fait au bureau des parcs à Gaspé. Il en coûtera, cette année, huit (8) dollars par jour pour la pêche quotidienne; le nombre de prises est limité à deux (2) saumons par jour.

SECTEUR II:
     Pour obtenir le droit de pêche, il faut appeler à Québec, quarante-huit (48) heures à l'avance et, ce, à partir de 10:30 heures; le nombre de perches est limité à six (6) par jour et le tarif quotidien est fixé à vingt (20) dollars.

TELEPHONE:
Si vous êtes à Québec; 643-5349 (sans frais)
Si vous êtes à Montréal; 873-5349 (sans frais)
Si vous êtes ailleurs au Québec; 1-800-462-5349 (sans frais)

LOGEMENT

     A l'entrée de la ville de Gaspé, à quelques sept (7) ou (8) milles des premières fosses, vous pouvez vous loger au Camping Ramsay. C'est un endroit propre, où l'on peut retrouver les services essentiels de tout bon terrain de camping. Ceux qui préfèrent le motel: en face Camping Ramsay, se dresse le Motel  « Anna Mabel », qui était auparavant la propriété de William Boulay, pêcheur de saumons bien connu de la région. Je vous suggère de réserver, si vous ne voulez pas vous buter sur le mot « complet » la veille d'une journée de pêche envisagée.

GUIDE

     La pêche se fait à gué seulement et il n'y a pas de guide disponible. Il y a toutefois une personne qui a été guide sur la rivière pendant de nombreuses années et qui travaille présentement pour le M.T.C.P. qui pourrait éventuellement vous conseiller; son nom: Lionel Adams. Si vous le rencontrez près d'une fosse, n'hésitez pas à lui causer; il peut vous aider quant au choix des fosses, des « patrons » de mouche, etc..

     J'espère que ce tour d'horizon de la rivière Dartmouth saura vous inciter à venir rencontrer Salmo Salar, au cours de la prochaine saison. Plus il y a de pêcheurs sportifs dans une rivière, moins les braconniers ont de chance de poser leurs actes barbares. 

     Bonne chance à tous!

références

» par Gilles Aubert
» APSSQ, Salmo Salar, Volume 2, #2, Juin 1978.
PrécédentPage 1 sur 28